Force 28 sur la transquadra 2017

Deux ans après la création de l'association Naviguons contre le diabète, l'équipage de Force 28 se prépare à une grande course : la Transquadra. Suivez ici l'actualité de ce projet.

En 2017 et 2018, à bord de Force 28, Cyril Bouvet et Cyrille Chapuis défendront les couleurs de l’association Naviguons contre le diabète sur la transatlantique

la Transquadra 2017-2018
avec 100 bateaux participants,
la course à la voile de la Transquadra
est la plus importante régate transatlantique amateur
pour les plus de 40 ans

planning

30 Juin 2016 passage de l’examen CRR
Octobre 2016 validation du dossier médicale avec électrocardiogramme et test d’effort
Octobre 2016 ou mars 2017 stage survie ISAF et PS mer
Novembre 2016 commande des nouvelles voiles
Janvier 2017 stage météo spécifique transquadra
Mars-juin 2017 préparation physique et entrainement, participation à plusieurs régates
16 juillet 2017 départ de la 1ère étape. Direction Madeire Porto SANTE
10 février 2018 départ de la 2ème étape. Direction la martinique Le marin

liens utiles

le site de la course :

http://www.transquadra.com


Soirée des partenaires

Vendredi 13 avril, l'association Naviguons contre le diabète a réuni ses partenaires pour leur présenter un bilan de la Transquadra. Nous nous sommes réunis à Chartres dans une salle du Millenium Soccer. Les Cyril(le) ont raconté leur course, présenté des chiffres et annoncé leur futur programme. Ensuite, nous avons chaleureusement échangé autour d'un délicieux buffet antillais signé OC Seven.

Le bilan de la Transquadra

paru dans l'Echo républicain, mardi 17 avril 2018

Journal de bord Madère - Martinique / samedi 24 février 2018

Jour 14.

Avant-dernière ou dernière vacation.

Difficile d'écrire et de décrire ce que nous ressentons avec mon fidèle ami Cyrille à environ 24 h de l'arrivée.

En effet, nous ressentons un double sentiment qui nous envahit et qui ne nous quitte plus. Ce double sentiment est un subtil mélange de bonheur immense et de déception non négligeable.... Pas

facile à vivre.

 

Je vais commencer par le côté négatif pour finir par le meilleur (comme en dégustation de vin... tiens, d'ailleurs, on en prendrait bien un verre !).

 

Nous ne pouvons pas cacher notre immense déception de ne plus pouvoir nous battre pour le classement compte tenu des problèmes techniques que nous avons à bord maintenant (machoires de tangon HS, trous dans la grand voile, spi lourd déchiré, poulie de chariot de grand voile au bord de la rupture, etc.).

Il est clair que toute proportion gardée cela n'est pas comparable à un démâtage ou à une voie d'eau. Mais, nos problèmes techniques ont décidé pour nous de ne plus pouvoir nous battre pour défendre notre si belle 18ème place que nous maîtrisions. Je dis notre si belle place car elle représentait un super résultat compte tenu de l'expérience de tous les marins de la flotte et de l'énergie que nous avons mis dans cette course depuis le 10 février, date du départ de cette fameuse Transquadra.

Les grains ont eu raison de nous et nous devons l'accepter de manière très humble. Nous en avons largement déjà parlé mais être pris dans un grain est quelque chose de violent, et encore plus la

nuit... C'est une expérience de fou.

L'autre point négatif est le fait que nous nous sommes blessés avec Cyrille lors de ce fameux grain. Cyrille a été bien ouvert par la bôme et les choses auraient pu être pire. Et pour moi, un genou est dans un triste état et me fait souffrir. Un bilan médical sera je pense nécessaire à notre arrivée.

Pour clore le côté négatif, j'ajouterai que nous sommes également déçu pour l'ensemble de nos partenaires et associations qui nous soutiennent de ne pas les avoir fait vibrer jusqu'au bout car, au travers des messages, on sentait une ferveur qui nous poussait encore plus, qui nous portait pour aller chercher le meilleur de nous-mêmes, et le meilleur de notre fidèle compagnon FORCE 28. Et Dieu sait s'il a souffert parfois...

Nous aurons l'occasion de vous le dire de vive voix à notre retour, mais nous tenons vous remercier pour votre soutien de chaque instant, pour votre accompagnement, pour vos messages affectueux, pour vos sourires, pour votre présence. Nous sommes ô combien sensibles et réceptifs à ce que vous nous donnez.

Nous allons finir cette belle Transquadra du mieux possible avec les moyens du bord, mais sachez que nous avons toujours fait et donné le meilleur de nous-mêmes et de Force 28, sans jamais rien lâcher !

 

Et si nous passions au côté positif !

Nous avons vécu une expérience humaine incroyable avec mon ami Cyrille, et notre compagnon de mer FORCE 28. Cette course est magnifique car elle vous amène au dépassement de soi d'une manière très subtile, sans que vous vous en rendiez compte. Qui aurait cru il y a 3 ans, lorsque le projet est né, que nous y arriverons de cette manière ?

D'un point de vue personnel, il est clair que nous sommes enchantés d'avoir pu réaliser un rêve d'enfant : traverser l'atlantique sur un bateau de course.

On pourra dire : on l'a fait !!!

Forcément, vivre son rêve vous amène à un enivrement exquis qui vous remplit la tête et le corps. C'est un ressenti que nous souhaitons à chacun de vivre, c'est juste magique !

Mais au-delà de notre ressenti personnel, il ne faut pas oublier la cause qui nous pousse depuis 3 ans à relever ce défi : le diabète.

Nous sommes fiers de porter des messages d'espoir à tous les patients atteints par cette maladie incurable. J'espère que nous avons pu à tous vous transmettre cette force qui nous anime. Ne lâchez rien, battez-vous, prenez votre vie en main, ne laissez pas cette pathologie silencieuse vous priver de vos envies les plus folles... Ne dites jamais : "Non, ce n'est plus possible...".

Pour conclure, Cyrille a dit une phrase très juste hier soir : "Nous sommes des compétiteurs déçus mais des marins heureux...".

Voilà, j'en ai fini avec ce qui ressemble très certainement à la dernière vacation à bord de Force 28 sur la Transquadra 2017/2018. On vous embrasse.

Les Cyril(le)

Journal de bord Madère - Martinique / jeudi22 février 2018

Jour 12.

Alors cette nuit, comment vous dire ?

On va commencer par le début !

En fin d'après midi 24 nds établi et grosse houle de 3 à 4 mètres, après une belle journée de glisse, nous voyons un gros front de grain se former

sur notre tribord, un par un ils passent mais se rapprochent et là c'est le premier départ au lof, une vague nous prend par l'arrière et au "tas".

Le vent monte 30-33 nds, un départ puis deux, trois, nous décidons d'affaler le spi en attendant des heures meilleures, 35 nds nous décidons de

prendre un ris dans la grand voile et d'envoyer le génois.

Chaque mouvement sur le bateau devient un véritable effort même si la houle ne fait plus que trois mètres, elle est maintenant croisée.

Le génois ne tient pas bien du tout vu notre allure très abattue, nous décidons de l'affaler, et là il fait des tours sur l'étai, on connaissait avec un spi mais avec un génois ?

42 nds sous une pluie diluvienne, ciré à l'intérieur mais équipé de nos harnais, nous mettons plus d'1/2 heure à affaler ce génois "DUFFAY" en jouant à la barre, à être à la limite de l'empannage, ce qui a pour effet de

le détourer. Ouf, c'est ferlé sur le pont.

Revenant dans le cockpit, une vision étonnante, il fait très noir et donc tout ça à la lampe frontale, la bôme est très très basse, on cherche, pas longtemps, la bosse de ris est cassée, Cyril prend celle réservée au second ris mais qui heureusement est libre, acrobaties diverses pour arriver à la passer dans l'anneau prévu, pour ce faire je dois border la grand voile pour qu'elle soient accessible du pont, et là, encore une fois, la bôme fait un aller-retour et au passage il y a ma tête, vu la violence du passage au moment du choc j'imagine que c'est fini mais je reprends connaissance tout de suite, le crâne a pris un bon coup.

Cyril ayant réussi à passer sa bosse de ris, nous voilà dans le carré, Cyril, tel un urgentiste confirmé observe nettoie la plaie et sort de la pharmacie imposante du bord "l'agrafeuse", imaginer agrafer une plaie sur la

tête de quelqu'un dans un bateau par 35 nds et 3 mètres de houle ?

Là, je lui dis "nonnonnonnon, tu vas m'agrafer tout le crâne sauf la plaie !". Le voilà reparti dans la pharmacie et revient avec des strips, la boîte y passe.

Depuis, voilà ma tête, mais rassurez-vous tout va bien mais cela aurait pu être dramatique, quand la mer se fâche nous devons redoubler de prudence.

Depuis nous sommes sous grand voile à un ris avec des rafales encore à 30 nds, pour l'anecdote le surf le plus rapide est à 18,5 nds.

Journal de bord Madère - Martinique / 21 février 2018

Jour 11.

Nous entrons dans le dernier quart de la course puisque le dernier de routage de ce matin nous annonce une arrivée dans la nuit de samedi à dimanche, voire dimanche au petit matin pour le petit déj… cool...

Il nous reste donc un peu plus de 3 jours de course qui ne vont pas être les plus faciles car il va falloir tout d'abord bien choisir le moment pour son empannage, négocier le dernier virage à droite pour se retrouver sous le vent de l'île, direction le marin, et négocier les derniers miles avec de nombreuses manœuvres et changement de voile.

Ce sera le travail d'étude de demain et vendredi avec des fichiers météo plus précis et plus fin. Il faudra en plus de tout cela être hyper vigilant avec la présence de pêcheurs locaux, la présence des DCP (dispositif de concentration de poisson) dont certains sont éclairés la nuit, d'autres non.... Alors vigilance...

Sinon la nuit dernière a été agréable avec des alizées qui ont forcis en fin d'après midi (vent supérieur à 20 nds). Pour préserver nos spi max, nous avons préféré passer sous spi de brise, et afin de soulager un peu le bateau car la houle était bien présente.

Durant la nuit, nous avons aperçu quelques vilains grains mais qui nous ont enfin laissé tranquille...

Les alizées sont toujours supérieures à 20 Nds depuis ce matin donc nous n'avons pas changé la garde robe de Force 28 qui s'amuse à surfer à plus de 13 Nds dans une très belle houle (3-4m).

La nuit à venir devrait être identique, pas de changement de force et direction de vent, donc on s'applique à faire avancer le plus vite possible Force 28...

Journal de bord Madère - Martinique / mardi 2à février 2018

Après 2 nuits difficiles, la nuit précédente a été très agréable avec des températures très douces, un superbe ciel étoilé, des étoiles filantes et l'apparition pendant de 2 heures d'un petit

bout de lune. Force 28 a glissé et surfé toute la nuit sur les vagues avec un vent bien établi de 18-20 nds, voilà ce qu'on appelle les Alizées....

Nous avons pu nous reposer avec des quarts de 3 heures. Nous les avons allongés d'1h pour faciliter la récupération.

Coté sympa, nous sommes sur la même amure depuis 36 heures et donc aucune manœuvre ou changement de voile, juste du réglage pour rechercher la vitesse optimum du bateau, mais aussi pour le placer le mieux possible sur les vagues pour bénéficier des surfs.

Au programme de la journée, il y a eu nettoyage intérieur du bateau avec les moyens du bord (pelle, balayette et lingette multi-usages). Très limité mais  nécessaire !

Il y a eu aussi réparation d'un spi et d'une écoute de spi, inspection technique de différents points cruciaux pour vérifier l'état et détecter une éventuelle usure anormale.

La journée de demain devrait être sensiblement identique. En revanche, les conditions se musclent un peu à partir de demain soir et ce pour 36h avec des vents de 25-28 Nds... On va réduire la

toile !

Nous glissons toujours sous spi max.

Nous surveillons en permanence notre nouvelle bête noire : les grains...

C'est impressionnant car ils se forment très vite, se décharge aussi très vite et se recharge à nouveau très vite !

Donc pour éviter la situation hier, nous essayons d'adapter notre cap suffisamment tôt pour slalomer autour : plus facile à dire qu'à faire ! ;)

Journal de bord Madère - Martinique / lundi 19 février 2018

La journée d'hier s'est très bien passée, nous avons passé beaucoup de temps à analyser la météo, définir la stratégie et la navigation des prochains

jours.

La nuit précédente s'annonçait agréable mais l'a été tout autre. Il y a eu beaucoup de changement de voiles à faire, un empannage, l'affalage en urgence du spi lors du passage d'un grain.

Donc, pour résumé nous n'avons quasiment pas dormi, et lorsqu'on avait plus rien à faire, le bateau faisait tellement de bruit avec les efforts, les craquements, les sifflements de l'eau sur la coque, la violence des chocs : il était impossible de trouver le sommeil…

Aujourd'hui, il va falloir ménager les marins... trouver des moments de repos, bien s'alimenter, et se laver pour se sentir mieux…

Nous devons également réparer un spi légèrement déchiré et faire de la couture sur une écoute de spi... C'est notre lot de petits problèmes, mais c'est tout à fait logique tellement les efforts sont importants et violents pour le matériel.

Sinon, malgré une nuit de m....., le moral est au beau fixe. On s'accroche pour essayer de gagner 1 ou 2 places... Nous sommes déjà super satisfaits, et nous avons eu l'info que nous sommes 23ème

sur 87 bateaux, tout confondu.

C'est plutôt pas mal pour une première transatlantique..

Mais restons prudents et concentrés car la route va être encore longue !

Journal de bord Madère -Martinique / nuit du 16 au 17 février 2018

Nuit très compliquée. Après avoir doublé Santosha et rattrapant Ifi, un gros nuage noir est arrivé sur nous, un "GRAIN" : mais pas un grain beauceron !, un grain de l'atlantique. Sachant que les vents sont en moyenne à 30 nds, nous avons décidé d'affaler le spi que nous portions qui n'en supporte que 25. Nous avons attendu sagement que le vent monte, équipés, là pour le coup, comme des montagnards de l'Everest ! Et rien. Le grain passe sous notre nez, mais chose étonnante, il laisse une traînée plus ou moins longue, 5 à 7 miles sans un poil de cul de vent. Nous avons donc perdu une heure et demie sur place. Et puisqu'il a décidé de ne pas nous lâcher, il nous balance des seaux d'eau ! Heureusement que c'est l'océan sinon ça ravinerait !

Nous avons attendu que le vent remonte puisque, visiblement, il n'y en pas non plus sous la pluie.

A 2h30, nous sommes repartis, après trois tentatives de changement de voile, mais rien à faire le vent tournait à 360°, et ça pendant 25 miles !!!

Nous n'avons pas dormi et nous avons perdu 3h30, ce qui ressort exactement au classement.

On s'accroche, bien sûr.

 

Journal de bord Madère - Martinique / vendredi 16 février 2018

Jour 6.

Nous avons revêtu ce matin notre tee-shirt de sport pour une séance de cross-fit sur Force 28. Merci à Thierry et à Hugues !!!

Et oui, même sur Force 28 on ne néglige pas l'activité physique...

Blague à part, merci encore à Thierry pour ces beaux tee-shirts qui nous accompagnent au milieu de l'Atlantique.

Ça a été une journée calme aujourd'hui, avec peu de vent et peu de houle. Nous nous sommes plus épuisénerveusement car beaucoup de réflexion sur la route à prendre les prochains jours...

Le vent devrait s'établir à 15 nds cette nuit nous permettant ainsi de retrouver des sensations de

glisse. Sinon, la journée a été consacrée à la douche (et oui la 2ème depuis le départ), la réparation d'une écoutede spi (avec de la couture), et autres petits bricolages...

Les jours prochains devraient être plus drôle avec plus de vent !

Journal de bord Madère - Martinique / jeudi 15 février 2018

Jour 5.

La nuit dernière, nous avons pris la bordure d'un grain. Je m'explique : sur l'Atlantique, il y a des gros nuages très actifs qui s'appelle "grain". Ces nuages entraînent de fortes pluies lorsqu'on se trouve en dessous mais donne surtout des vents puissants et instables. On peut passer en 2 minutes de 15 Nds de vent établi à 25Nds-30 Nds avec des directions changeantes.

Le problème de nuit c'est que nous ne les voyons pas arriver et donc impossible de se préparer.

Il faut savoir s'habiller pour celui qui dort plus vite qu'un pompier !!!!

Car dans ces moments là, il faut être à 2 sur le pont pour barrer et choquer si besoin.

Hier, nous n'avons pris que la bordure d'un grain, donc pas de grosses pluies, mais de fortes rafales de vent. Dans ces ca-là, il faut se mettre en mode fuite vent arrière au bateau et gérer les surventes. Ce qui fait drôle, c'est qu'on ne décide pas ou peu de la direction à donner au bateau, on maintient juste un angle entre le bateau et le vent… Ça a duré 30 min au moins...

C'était un moment très étrange. Nous avons enfin fait connaissance avec les grains, différents de grains Beaucerons !

Le reste de la nuit a été calme, comme aujourd'hui d'ailleurs. On surveille le moindre changement de direction de vent pour savoir si nous devons adapter notre routage. Pour le moment, c'est parfait on le suit au moins jusqu'à demain matin.

La nuit devrait être calme, juste un empannage vers 00h00 heure TU soit 1 heure du matin en France. Et oui la course ne permet pas de décaler la manœuvre à demain matin ! Le sommeil passe après...

Sinon les marins vont bien, et le classement donne forcément le moral maisla route est encore très longue... Indépendamment du résultat final, on pourra être fier de notre belle remontée !!!

Ah ! Les marins Beaucerons, ça ne lâche rien ! De Diou !

Journal de bord Madère-Martinique / mercredi 14 février 2018

Jour 4.

Après une nuit de glisse sous un beau ciel étoilé (au moins pendant mes quarts, car ceux de Cyrille ont été particulièrement humide... tant pis c'est le tirage au sort !!), nous profitons d'une

belle journée ensoleillée, avec un soleil puissant. Les températures sont hyper agréables.

Nous avons pris beaucoup de temps aujourd'hui pour décortiquer la météo et essayer de choisir la meilleure option mais ce n'est pas simple, loin de là.

Coté manœuvre, nous n'avons pas eu à effectuer de changement de voile, cool ça fait du bien, car qui dit changement de voile ou d'amures, dit déplacement de tous les points dans le bateau pour les placer au vent. Sportif !

Les écarts entre les concurrents sont serrés ce qui rend la course encore plus intéressante.

Sinon, pour nous ce soir, c'est saint Valentin en tête à tête. Le menu du repas n'est pas encore choisi..

Pour l'entrée ce sera soit viande séchée ou chorizo, pour le plat on a au moins dix choix possibles, fromage et, en dessert, pom'pote ou orange. En guise de bougies, ce sera plutôt lampe frontale...

Aujourd'hui, pas de photos des marins mais une vue de la garde robe portée aujourd'hui par Force 28.

Journal de bord Madère-Martinique / mardi 13 février 2018

Bonjour à tous !

Jour 3 !

Tout d'abord, parlons horaires...

Et oui, sur nos montres nous avons 14h20 ; 

l'heure TU avec laquelle nous naviguons

est 16h20… et, si nous calculons bien,  il doit être 17h20 à  Chartres!

Autant dire que l'on se casse la tête pour savoir quelle heure prendre en

fonction du besoin !

Tout va bien à bord à part que nous avons perdu une dizaine de places au

classement mais nous avons préféré faire cap au sud pour se repositionner en

milieu de flotte, et également pour contourner une zone de vents faibles d'ici

demain soir. Eviter ces zones de vents faibles avec anticipation est une des

clé de la course.

La bonne nouvelle de la journée c'est que nous sentons bons grâce à une petite

douche sur le pont ce matin avec notre ami pulvérisateur. Record battu 1l d'eau

pour 2 douches (lavage de cheveux compris !!!!). Alors, sur ce plan-là, c'est quasi sûr : nous sommes les

champions du monde !

En ce moment, nous avons 20 Nds de vent, avec une belle houle : ça glisse bien cet après-midi sous spi max...

Nous espérons remonter quelques places d'ici demain soir.

La nuit va tomber vers 18h30 heure locale soit 21h30 en France.

Petite photo depuis notre terrasse où nous prenons le temps de boire… une boisson chaude ;) !

Journal de bord Madère-Martinique / lundi 12 février 2018

Nous avons eu une nuit noire avec un vent au NE de 20-25 Nds, nous avons fait

surfer FORCE 28 sous spi de Brise, dans les grosses vagues de la houle, permettant de maintenir des vitesses supérieures à 10 Nds.

Nous avons bien navigué cette nuit. Aucun soucis technique majeur à bord de Force 28 si ce n'est

un dépannage et un démontage du WC de bord…

Depuis 11h ce matin, le soleil a montré le bout de son nez, nous avons enfin sorti la crème solaire...

Nous avons empanner pour éviter une zone de vents faibles pour réempanner ce

soir ou cette nuit. Ce recalage risque de nous faire perdre quelques places mais

ce n'est pas grave car la route est encore longue (12 jours encore environ).

Nous avons aussi pris le temps ce matin de soigner nos petites blessures des mains... Vive le Cicalfate..

L'appétit est revenu et, ça, c'est bon pour le moral. On reprend des forces !

On vous envoie une petite photo de nous à l'intérieur du bateau avant que nous allions nous installer en terrasse ! ;)

Le départ de la Transquadra annoncé dans la presse

Journal de bord Lorient-Madère

Samedi 22 juillet

Dernier petit message en mer avant notre arrivée...
Après une nuit sous un ciel étoilé, mais sans lune, à surfer sur les vagues, la stratégie décidée hier soir a payé au petit matin car nous sommes remontés de 2 places. Quelle joie à la réception de l'info!!!
Nous avons ensuite vite déchanté car le vent nous a fait des caprices de direction ce matin, ne nous permettant plus d'arriver à Madère en route directe.
Il va falloir alors gérer 2 empannages dans la houle. Il ne faudra pas se louper pour ne pas perdre de temps....
Après ces 2 empannages, nous laisserons l'ile de Fora à tribord pour filer au reaching vers la ligne d'arrivée.
Entre la 15ème et la 20ème place les écarts sont très faibles, impossible donc de vous donner le résultat avant la ligne franchie… C'est clairement un résultat que nous ne pensions être pas capable de réaliser... Jamais nous
n'aurions imaginé un tel résultat au départ de Lorient.

En attendant, nous avons vécu une semaine extraordinaire, remplie de plaisirs, de partages, de joies....
Le départ de Lorient restera à jamais gravé dans nos mémoires, l'émotion était immense et nous a donné une énergie positive inimaginable. Les messages de soutien et d'encouragements reçus à bord tout au long de la
semaine nous ont poussé et nous avons été même surpris de l'engouement de nos connaissances à Chartres et ailleurs. Nous sommes fiers de défendre cette cause.

Nous voudrions remercier l'ensemble des personnes qui nous suivent et nous soutiennent dans ce projet :
le personnel Novo nordisk
les partenaires : Duffay SAS, SERT, Interlocation, Publimark, Crédit Agricole, La salle, S. Forté, NSE, IPM, CPC, LTE, Nettoyage 2001, Gerondeau, Supplay, A3assurfinance, Saison Paragot, Isolkit et Atlantique location.

et plus particulièrement :
-Arnaud Dudermel et Catherine Sabourin, Novo Nordisk, qui ont soutenu et accompagné ce projet depuis le début
-Sonia FAZAI Universalles Congrés pour les organisations toujours parfaites
-Hélène DUFFAY Ecrire et dire pour l'ENORME travail qu'elle réalise au quotidien. On ne te remerciera jamais assez Hélène.... (interdit de supprimer cette phrase ok?)
Maxime SOREL pour son investissement énorme et ses conseils ô combien précieux, on lui doit ce classement.... MERCI MAX!!!
L'ensemble de nos proches (famille, amis,...) qui nous ont toujours soutenus même dans les moments de doute... et qui au-delà de notre bonheur ont accepté un certain sacrifice !

L'étape 1 touche à sa fin, elle aura été largement au dessus de ce nous avions imaginé dans nos rêves les plus intenses...
Madère, voilà FORCE 28 qui arrive avec tout l'Eure-et-Loir derrière !!!!
Prépare toi....

Nous avons hâte de vous retrouver tous à Chartres très bientôt pour partager autour d'un verre notre aventure...

Nous vous embrassons.


ILS SONT ARRIVÉS !!! après 6j5h45mn de navigation à la 19ème place (à confirmer quand même - deux bateaux sont arrivés sans être balisé) ! Youpiii ! Bravvooo ! OUaauouh ! Géniaaaaall ! (je ne peux pas crier mais c'est tout comme !)
On est fiers de vous. Fêtez bien ça ! Bon repos aussi…


Vendredi 21 juillet

19ème place pour les Cyrille à 20h. C'est chaud chaud, beaucoup de rebondissements.
Ils sont à fond, mais ça on s'en doutait !😉
Bravo les Cyril(le) : votre perf est étonnante !

Ils nous racontent leur journée :
"
La nuit dernière n'a pas été des plus simples car nous avons du affaler le spi car il avait fait plusieurs tours sur lui-même alors que le vent était au plus fort.
Nous n'avions plus d'AIS pour repérer les autres bateaux à l'écran d'où la nécessité de veiller en permanence sur le pont.
Malgré ces petits problèmes, qui ont été résolu au petit matin, nous avons été agréablement surpris de conserver notre 16ème place malgré la 1/2 heure perdu (environ 4 miles nautiques perdus).

Est venu ensuite le moment de la stratégie de la journée pour défendre cette place, ce qui a été loin d'être simple.
En fait, pour faire simple, nous contrôlions la partie de la flotte à notre vent, c'est à dire sur notre droite, alors que nous craignions le retour des bateaux situés sous notre vent, c'est à dire à gauche de notre position, car ils avaient un meilleur angle par rapport au vent donc un risque de vitesse supérieure à la nôtre...
Notre crainte s'est confirmée avec le classement à midi où nous avons reculé à la 19ème place. Les écarts entre la 16ème et 21ème place sont très faibles.
La nuit va être capitale. Nous nous efforçons de faire avancer au mieux le bateau. Les résultats de demain matin seront importants.
En tous les cas, nous sommes supers contents de notre 1ère étape et de notre classement actuel (inespéré au départ)...
On ne lâche rien !!!! On fait tout pour..."


Jeudi 20 juillet

Nous voila entrés dans notre 5ème jour de course et le moral est au beau fixe.
La nuit dernière a été plutôt tranquille sans manœuvre et sans changement de voile. Seuls quelques grains avec précipitations sont venus perturber cette dernière, mais nous avons pu dormir environ 4h chacun, donc c'est une très bonne
nuit !…
Le temps au petit matin était gris et nous avons décidé de changer de spi, donc manœuvre intensive pour ne pas perdre de place... ou le moins possible car les écarts sont serrés.
Le soleil et le vent ont forci juste autour de midi pour notre déjeuner en terrasse...
On se casse la tête côté stratégie pour la fin de course et le choix n'est pas simple, mais il a bien fallu se jeter à l'eau et décider.
On a pu maintenir notre classement. On verra à l'arrivée.
Nous sommes actuellement au sud de Lisbonne.
Arrivée prévu samedi entre 14h et 17h...
On est à fond.


Mercredi 19 juillet

19ème place toujours pour Force 28 ! Bravo les Cyril(le) !

Voilà retranscrit le debrief de leur journée :
"Après une fin de soirée un peu musclée et une nuit très humide, nous apprécions le retour du soleil, et presque de la chaleur.
En effet, nous avons passé le cap Finistère vers 4h du matin sous une pluie battante et au milieu des cargos : il fallait mieux garder l'oeil ouvert ! C'est impressionnant de voir ces monstres d'acier passer à 15 nds à 200m du bateau....
Nous avons profité de la journée pour sécher nos affaires et le bateau (voyez sur la photo : les bottes qui sèchent ainsi que le pied de Cyrille !).
Nous avons également ranger car c'était un peu la guerre cette nuit... J'en ai profité pour prendre une douche intégrale sur le pont avec moins de 1 litre d'eau !!! et oui, c'est possible, je vous l'assure. Ça m'a fait un bien fou... J'avais les cheveux qui tenaient tous seuls sur la tête..
Nous sommes également bien restauré : c’était pour ma part jarret aux lentilles, et Cyrille boulettes de viande aux pâtes à la tomate, sans oublier nos petites pâtisseries maison.
Nous glissons actuellement sous spi asymétrique à presque 8 nds de moyenne. C'est bien. On est a 2j et 15h environ de l'arrivée. On s'accroche...
Nous allons enchaîner à nouveau les quarts de 2h cette nuit mais ça y est : on a pris le rythme et on se réveille naturellement avant son heure !"


Mardi 18 juillet

20h passées de quelques minutes… le classement vient de tomber : les Cyri(le) se maintiennent : 23e au classement Duo Lorient. Nous avons pu leur parler cet après-midi. Ils vont bien et sont confiants.

Voilà leur retour sur leur seconde journée :

"Après une nuit calme sous un ciel étoilé, le lever du jour a été plus musclé avec vent entre 19 et 25 noeuds au près serré avec de belles vagues courtes de face, autant dire que c'était humide ! (habit gros temps et botte étaient de rigueur).
Le petit déjeuner s'est résumé en brioche sans café...
Depuis midi, le vent de secteur SW a légèrement molli pour s'établir à 16-18 nds.
À 14h, nous avons aperçu les côtes espagnoles....
CAP FINISTÈRE nous voilà...
Nous passerons la DST vers 3 heures du matin...
Sinon tout va bien à bord… on déguste les pâtisseries préparés par notre restaurateur préféré... Jérôme de la crêperie La Régate au Crouesty*....
Sinon pas facile de dormir car il a du bruit sans cesse et des sacs partout…
Demain nous espérons toucher les alizés portugais pour nous pousser jusqu'à Madère…"

* pour la petite histoire : le bateau est rattaché au port du Crouesty tout au long de l'année. Là-bas les Cyril(le) ont leurs habitudes dans une crêperie. Le restaurateur, Jérôme, a voulu participé à leur aventure à sa manière : il leur a mis sous vide deux pâtisseries par repas ! Far breton, quatre quart, etc. Sympa, non ?


Lundi 17 juillet

Nous avons pris un bon départ, et étions classés 12ème vers 20h. La nuit a été très agréable sous Spi, la glisse était géniale.
En revanche la journée d'aujourd'hui a été plus compliquée avec plusieurs soucis techniques divers, mais rien de grave. Tout est réparé mais on a perdu environ 2 heure, ce qui nous reléguer vers la 30ème place je suppose.
La mer est formée et croisée et les conditions de navigations ne sont pas faciles.
Nous serons demain dans la journée au cap Finistère dans un vent soutenu. La journée ne sera pas encore des plus faciles mais le moral est au beau fixe.
On s'alimente bien et on arrive à dormir un peu.

Départ de la Transquadra - Lorient

Depuis Lorient, le dimanche 16 juillet 2017, Cyril Bouvet et Cyrille Chapuis ont pris le départ de la course de la Transquadra 2017/2018 qui relie Lorient (ou Barcelone) à Madère puis la Martiniquue (en 2 étapes). Partenaires, salariés de chez Novo Nordisk et membres des associations Espace Diabète 28 et Drôles de Did sont venus les encourager.

Les partenaires aux rendez-vous

Arrivés vendredi dans la soirée, les partenaires Novo Nordisk, Duffay, NSE, La Salle, Crédit Agricole, IPM et Universalles sont arrivés pour partager un dîner joyeux et estival sur le port de Kernevel à Larmor Plage. Alain Guillotin et Florent Roy étaient aux commandes des caméras. Toute la soirée, ils ont fait des interviews en vue d'un film sur l'association.

Samedi, tous ont pu monter à bord de Force 28 pour le visiter, équipé de tout un matériel spécifique pour la traversée.

Ensuite, à bord de trois bateaux à moteur, direction l'île de Groix : une traversée de rêve avec une mer d'huile et un soleil éclatant. (Merci les pilotes !).

A noter : la rencontre avec la gendarmerie maritime ! Attirés par nos tenues "Naviguons contre diabète", les deux gendarmes sont venus discuter avec nous car membres de l'association Diabète 56 !

Sur place, après un déjeuner breton au Thon Bleu, balade en vélo pour tout le monde. Ça grimpe à Groix ! Certains ont vite préféré la baignade sur la grande plage…

De retour à Lorient, nous avons pu assister à la présentation des équipages organisée par le staff sous le chapiteau de la Transquadra.

Des salariés de Novo Nordisk nous rejoignent

Pour le dîner, les partenaires ont retrouvé trente salariés de chez Novo Nordisk, venus spécialement pour assister au départ de la course.

Dimanche 16 juillet, jour du départ

Une cinquantaine de membres de l'association Espace diabète 28 et Drôles de Did ont pris la route tôt le matin pour arriver dans la matinée à Lorient. 

Tous sont sortis en mer, après le déjeuner, pour assister au départ de Force 28.

Emotions garanties.

Coaching pour la Transquadra par Maxime Sorel

Voici le programme du coaching personnalisé de Maxime pour l'équipage de Force 28 dans la préparation de la Transquadra.

Module 1

Sur 2 jours à proximité du bateau :
-Améioration Cockpit et Pont pour simplifier et sécuriser les manoeuvres
-Electronique et communication
-Energie à bord
-Caisse à outils
-Matossage
-Nourriture
-Pharmacie
-Couchage
-Vêtements
-Soins du corps
-Préparation des sacs (spare,…)
-Lecture de l’avis de course
 
Module 2

Navigation en double INSHORE 2 jours (configuration TRANSQUANDRA)
-Manoeuvres en double
-Changement de voiles
-Utilisation optimisée du pilote
-Débriefing à terre puis mise en application le jour 2
 

Module 3

Navigation en double OFFSHORE 2/3 Jours (configuration TRANSQUANDRA)
-Préparation de navigation offshore mini 2 jours
-Choix des voiles en fonction de la météo à venir
-Préparation des manoeuvres au large
-Changement de voiles au large
-Utilisation optimisée du pilote au large
-Etude approfondie du matossage
-Vie à bord
-Debriefing à terre
 
Module 4

Préparation d'avant départ étape 1 (2 jours)
-Contrôle global du bateau (Accastillage, Electronique, Informatique, Sacs embarqués)
-Préparation du parcours sur Adrena
-Analyse météo J-7 (sur place Réunion avec skipper et co-skipper)
-Analyse météo et premier routage J-3 (à distance par mail)
-Météo et Routage J-1 et J (à distance par mail)

Module 5

Préparation d'avant départ étape 2 (5/7 Jours)
-Préparation du bateau avant Départ (Accastillage, Electronique, Informatique,Gréément, voiles,...)
-Analyse météo J-7 (sur place Réunion avec skipper et co-skipper)
-Analyse météo et premier routage J-3 (à distance par mail)
-Météo et Routage J-1 et J (à distance par mail)

Cagnard 28 pour la Transquadra !

Inscription faite pour l'équipage de Force 28 ! Notez-le bien : en 2017, il naviguera sur la Transquadra avec le cagnard 228, numéro eurélien par excellence…

cagnard (dodger). Protection en forte toile solide pour faire abri contre les embruns, la pluie ou le vent. On emploie le mot pour désigner la toile ainsi utilisée ou pour l'ensemble de l'abri lui-même. Un cagnard peut par exemple protéger

la descente ou le cockpit. A bord d'un voilier de course, le cagnard porte le numéro de course du concurrent. (Source : http://www.lepetitherboriste.net).

 

Télécharger
Transquadra
Le dossier de présentation pour tout savoir sur la Transquadra 2017/2018
Plaquette transquadra 4 pages.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB